Déposez votre annonce 100% gratuit   |  
Espace perso
Vous êtes ici : Auto > Essai Volkswagen Polo 1.2 TSI 105 ch

Essai Volkswagen Polo 1.2 TSI 105 ch

L'aPOLOgie de la Golf
avecavec turbo.fr
L'aPOLOgie de la Golf

Volkswagen Polo 1.2 TSI 105 ch

Avec sa proue identique et son habitacle tiré à quatre épingles, la 5ème génération de Volkswagen Polo a tout d'une Golf en réduction. C'est également le cas au niveau du confort, en net progrès, et sur le plan mécanique avec toute une gamme de nouveaux blocs. Parmi lesquels une 1.2 turbo essence de 105 ch sobre et agréable, malgré quelques à-coups.
Avec sa réputation en béton armé, sa qualité de fabrication léchée et son homogénéité, la Golf inspire bien évidemment la concurrence, mais aussi les autres membres de la famille VW. Ainsi, la nouvelle Polo (cinquième du nom) rappelle fortement sa grande soeur, une Golf qui serait toutefois passée entre les mains d'indiens Jivaros.

Objectif qualité

Même regard, même calandre et même allure BCBG : la Polo pousse le mimétisme à son maximum. Du moins à l'avant. Elle parvient toutefois à cultiver sa propre personnalité grâce à un profil doté d'une vitre de custode spécifique et des feux arrière davantage inspirés de l'ancienne Polo. Une démarche intéressante de la part du constructeur allemand qui devrait contribuer à valoriser la clientèle de sa citadine.
C'est également l'esprit de la Golf que l'on retrouve dans l'habitacle de la nouvelle Polo, aussi soigné que (trop) sombre. Assemblages impeccables et plastiques moussés sur les versions haut de gamme : la qualité de fabrication est digne du segment supérieur et installe la citadine allemande au sommet de la catégorie. Tout aussi bien étudiée, l'ergonomie peut quant à elle compter sur un volant réglable en hauteur et en profondeur. On trouve ainsi tout de suite ses aises au volant, d'autant que les sièges de notre version Sport s'avèrent eux aussi très réussis.
Basée sur la plate forme de la toute dernière Seat Ibiza, la Polo 5 croît légèrement par rapport à sa devancière (+ 5,4 cm en longueur, + 3,2 cm en largeur mais 1,4 cm en hauteur), mais parvient toutefois à maîtriser son gabarit en restant sous la barre symbolique des 4 mètres de long (3,97 m).
A l'arrière, en dépit d'un empattement quasiment identique à la génération précédente (+ 4 mm), les passagers bénéficient d'un espace aux jambes tout à fait correct et la garde au toit suffisante ne gêne nullement les grands gabarits. Avec 280 litres disponibles, le volume du coffre demeure dans la moyenne, entre les 270 l. d'une Peugeot 207 et les 288 l. d'une Renault Clio. La modularité enfin demeure classique avec des assises et des dossiers rabattables. De quoi faire de cette nouvelle Polo une polyvalente plutôt agréable à vivre au quotidien.

Plaisirs d'essence

Sous le capot, la Volkswagen Polo profite d'une gamme moteur renouvelée. Au rang des principales nouveautés : un Diesel 1.6 de 90 ch estampillé BlueMotion, mais surtout un inédit 1.2 essence TSI de 105 ch. Fidèle à la technologie du downsizing (réduction de cylindrée), ce bloc turbocompressé réussit l'exploit de décrocher un bonus écologique de 200 € avec 129 g/km de CO2, à l'inverse du 1.2 TCE Renault qui reste neutre à 137 g/km.
Sur un parcours d'essai essentiellement routier effectué à allure normale, ce petit bloc maîtrise son appétit avec une consommation d'à peine 6 l/100 km. Souple et disponible dès les plus bas régimes, il procure un bel agrément à l'usage. Mais sa transmission un peu longue oblige à solliciter davantage la commande de boîte à l'heure de hausser le rythme. Dans ces cas-là hélas, les chiffres s'envolent comme bien souvent avec ces petits moteurs suralimentés.
Si son étonnante souplesse de fonctionnement est idéal en ville pour une conduite urbaine coulée, il souffre cependant de légers à-coups à très basse vitesse et demande à être emballé lors de chaque départ pour donner le meilleur de lui-même. Heureusement qu'une fonction d'aide au démarrage en côte facilite la tâche.
Heureusement, ce léger travers est parfaitement compensé par la botte secrète de Volkswagen : l'excellence boîte à double embrayage DSG à sept rapports, unique dans ce segment. Certes, cette dernière implique un effort financier conséquent d'environ 1.500 €, mais sa douceur et sa réactivité améliorent encore l'agrément de conduite tout en réduisant légèrement les consommations. Un choix à ne pas négliger !

Des progrès dans tous les domaines

Polyvalente et fière de l'être, notre Polo Sportline et ses grosses roues de 17'' privilégient bien évidemment un usage routier. Pour autant, la citadine profite d'un confort en gros progrès grâce à des suspensions souples et une assise de siège étonnement moelleuse, en tout cas pour une Volkswagen. Aucune mauvaise surprise également sur le plan du comportement, très sécurisant mais un peu moins agile que celui des références françaises.
Au final, la 5ème génération de Polo constitue une excellente surprise. Meilleure que sa devancière sur la plupart des points, elle devient même la nouvelle référence du segment en matière de qualité perçue. Tandis que son petit moteur TSI lui offre un agrément à la hauteur de ses ambitions.
Reste à connaître le prix officiel de cette nouvelle Polo, disponible à partir de septembre prochain. Notre version haut de gamme Sportline est estimée par Volkswagen autour de 18.100 €. Une somme rondelette heureusement compensée par un équipement complet intégrant la climatisation, l'allumage automatique des feux, le détecteur de pluie, le régulateur, l'ESP ou encore les radars de recul. Dotée plus ou moins des mêmes prestations, une Renault Clio 1.2 TCE Exception Pack cuir 5 portes se facture 17.550 €. Sacré comparatif en perspective !
Les plus
  • Qualité de fabrication
  • Confort en progrès
  • Moteur sobre et agréable
Les moins
  • Quelques à-coups à bas régimes
  • Transmission un peu longue
  • Tarifs coquets
Voir les annonces
Source : Essai Volkswagen Polo 1.2 TSI 105 ch (turbo.fr)
annoncesjaunes.fr est un service Solocal Group
21/07/2017 18:41:00 - Révision 37785 - Version 5.1.3
chargement-en-cours